Son père s’appelle Guy Bedos, et comme son frère Nicolas Bedos, être confiné fut l’origine de son décès. L’humoriste Guy Bedos est mort le 28 mai dernier âgé de 85 ans. A cause du confinement et des mesures prises en ces temps de crise, son père fut éloigné de son entourage. Si bien qu’il a fini par accepter la mort venir à lui. Ainsi, Nicolas Bedos poste une publication très émotive. Son choc se fait ressentir à travers ses mots. “Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour).”

« Vivez à fond »


Puis il rajoute : « Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flics, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos ainés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On se retire de la zone grise. Ce n’est pas la couleur de nos cœurs. En ce monde de pisse-froid, de tweets mélodramatiques et de donneurs de leçons. Ce texte sera couvert d’affronts, mais peu m’importe.

Mes ainés vous le diront : Vivons à fond, embrassons-nous, crevons, ayons de la fièvre, toussons, récupérons, la vie est une parenthèse trop courte pour se goûter à reculons. » Ses propos lui ont valu de nombreuses critiques. Donc il émet des explications par la suite : « Quand je sors dans la rue, il y a des gens qui ont compris parce qu’ils suivent mon compte. […] Ils savent dans quelle période de ma vie je me trouve, (…) que mon père est parti à cause du confinement et de sa solitude imposée. Ils savent que c’est un cri du cœur. »

Il le dit et le clame fort à bon entendeur


Le temps a coulé et maintenant le tour de prise de parole est donné à sa sœur. Victoria Bedos fut invitée sur le plateau de L’instant de luxe, Non Stop People. Elle lève le voile sur la cause de la mort de leur père et confirme ce qu’a dit Nicolas Bedos. « Il n’est pas mort du covid, bien au contraire. Il avait une maladie, un peu Alzheimer, mais pas exactement ça. Et il perdait un peu la mémoire ».

Dans son récit, elle s’explique : « On n’a plus eu le droit de venir voir notre père, explique-t-elle. Et mon père ne comprenait pas vraiment pourquoi ses enfants ne venaient plus le voir. Avec ses difficultés cérébrales, il ne comprenait pas ce qu’il se passait. […] On avait beau lui dire par Facetime “On n’a pas le droit de venir te voir, c’est compliqué parce que si on vient, on peut te donner une maladie qui va te tuer, on ne peut pas”, c’était trop insupportable (…) Il s’est laissé crever. Il a arrêté de manger donc il est mort du confinement, il n’a pas supporté. » Une triste réalité que beaucoup de gens doivent subir…