L’année 2020 a été éprouvante pour beaucoup d’entre nous. Alors forcément, tout le monde ne veut plus jamais revivre une telle année. En accueillant l’année 2021, chacun de nous espérait oublier cette histoire de crise sanitaire. Malheureusement, à l’heure où nous écrivons, nous sommes loin d’en avoir fini avec cette histoire de coronavirus. Et la rumeur d’un éventuel troisième confinement n’arrange en rien la situation.

Les avis divergent sur cette question de reconfinement.


Depuis quelques jours, les chiffres de l’épidémie sont très alarmants. En particulier pour la France qui a du mal à sortir de la tête de ce virus. A qui la faute ? On ne peut pas se prononcer sur cette question. Et, spéculer sur le sujet ne fera guère avancer la situation déjà catastrophique. Depuis peu, les beaux jours sont revenus. Ce fût une occasion pour les Français de sortir un peu. Malheureusement, les gestes barrières sont loin d’être respectés. En effet, nos journalistes qui ont sillonné les rues des différentes villes ont constaté que la majorité des gens ne portait pas de masque. Face à tant de laxisme, le préfet de Paris même décidé d’interdire les allers et venues dans certaines rues. Des mesures qui s’ajoutent au couvre-feu imposé par le gouvernement.

Par ailleurs, les nouveaux cas sont en stagnation depuis quelques jours. Il faut savoir que rien qu’en France, nous sommes en asse de dépasser les 25 000 nouveaux cas chaque jour. Apparemment, le gouvernement ne sait plus où donner de la tête pour régler cette situation. D’après les dires du conseil scientifique, un troisième confinement est en train de pointer le bout de son nez. Puisque les Français rechignent à respecter les gestes barrières les plus simples, il faudrait peut-être les « enfermer » de nouveau ?

D’autres ont apparemment trouvé la solution ?


Les autorités locales sont divisées sur le sujet. Par exemple, l’ancien maire de Toulouse persiste sur le fait qu’un troisième confinement est nécessaire si l’on veut retrouver un semblant de normalité pour l’été. Et les propos de Philippe Douste-Blazy sont sans appel : « Il s’agit d’une guerre, d’une crise, d’un soin intensif en médecine. Donc, comme dans toutes ces situations, il faut impérativement passer un traitement sinon ça ne marche pas ». Afin d’appuyer ses dires, il a même exposé le déroulement de ce confinement.

En revanche, ce sont les plus démunis qui risquent de ne pas aimer entendre ce qu’il a à dire. En effet, le politicien parle d’une durée minimum de 4 semaines pour que le confinement puisse porter ses fruits. Et il va encore plus loin en disant que les autres pays d’Europe ont déjà accepté de se prêter à ces règles. Toutefois, il rappelle que si on le fait, il faudra VRAIMENT le faire. Toutes les villes devront être concernées. Le capital humain doit suivre. Les infrastructures devront avoir la capacité d’accueillir les malades. Et surtout, les tests devront être accessibles et vulgarisé auprès de la population.