Il y a quelques jours, on découvrait les nouveaux chiffres de pertes humaines et le nombre de malade dû à la pandémie. De quoi pousser le gouvernement à prendre de nouvelles mesures pour assurer la protection des citoyens. Et s’il y a un changement bien conséquent, c’est celui imposé aux commerces.

Un sujet qui a d’ailleurs fait débat puisque bon nombre de commerçants se sentent lésés par cette nouvelle disposition. Et malgré la restructuration de ce dispositif imposé par l’Etat, la majorité n’est pas encore d’accord. De quoi susciter une grave polémique depuis quelques jours.

L’équité, une composante importante du nouveau confinement


Au vu de la pandémie qui sévit encore plus depuis quelques semaines, l’Etat a décidé de fermer les commerces dit non-essentiels. C’est notamment le cas des librairies, des boutiques de jouets et bien d’autres encore. Une situation qui a créé la polémique auprès du secteur commercial.

En effet, cela donnerait un coup important à l’économie de ces derniers tandis que les grandes surfaces et les ventes en ligne seraient avantagées. C’est ainsi que l’Etat a décrété la fermeture des rayons de jouets et autres le temps de lever le confinement. Une situation qui permettrait à tout un chacun d’être sûr le même pied d’égalité.

Des établissements enfreignent la règle ?


Si l’on pensait que ces nouvelles mesures permettraient de limiter les dégâts sur le plan économique, il semblerait que les grandes surfaces ne suivent pas la règle ! Business Insider aurait d’ailleurs découvert une tactique hors du commun qu’ils utilisent pour se faire des ventes sur les produits non autorités.

En effet, les grandes surfaces passeraient par la commande en ligne pour permettre la vente. Des produits comme des jouets, des bijoux, des vêtements ou encore des livres sont concernés. Plusieurs supermarchés sont remis en cause par cette illégalité. C’est notamment le cas de Système U ou encore d’Intermarché. Ces derniers déclarent toutefois que «ce ne sont que des précommandes qui sont autorisées ».