Bernard Montiel, son ami, a peur et propose de donner des nouvelles du présentateur ! Même si tout le monde considère que son ancienne vie pourrait le rendre heureux, voici qu’on le retrouve dans l’article judiciaire. Bernard Montiel raconte ses angoisses. Pour PPDA, c’est le dernier coup porté pour abréger ses souffrances.

Comment va PPDA ?


Son monde s’effondre après une publication, qu’il ne pourra pas oublier, de l’article du Parisien. Face aux déclarations dignes d’attention par sa nouveauté du quotidien, le parcours professionnel de PPDA est moins brillant. En plus, nos confrères racontent ce que renferme la plainte de Florence Porcel. Cette dernière a rédigé un ouvrage à ce sujet. Mais jusqu’à ce jour marqué par le destin, Florence Porcel n’acceptait pas de révéler l’identité de son « bourreau ». Il y a environ quinze ans avant aujourd’hui, la journaliste révèle que PPDA avait eu un comportement irrespectueux envers elle. Dans cette période, elle venait juste de débuter sa carrière et n’avait que 21 ans.

Dans ce métier, avoir un conseiller sage et digne de confiance est essentiel afin de progresser plus rapidement. Mais ça ne s’est pas déroulé comme elle l’espérait, l’animateur a une main très baladeuse et l’embrasse. Pour PPDA, une situation qui occasionne des souffrances, limite pire que le jour de la mort de sa fille Solène. Pendant qu’il assure son rôle de journaliste, dans Quotidien, il va marteler son innocence à Yann Barthès. Mais est-il vraiment arrivé à en persuader l’opinion ? Dans le journal Le Monde, il organise et la coordonne un ensemble d’opérations. Ceux de son avocat pour parvenir à le défendre sont d’une évidence indiscutable. PPDA « n’a jamais imposé à quiconque un acte ou une relation sous la contrainte et réfute toute accusation qui évoquerait des faits non consentis », en plusieurs décennies à la télévision.

La ressemblance des plaintes


L’ex-salariée de la première chaîne, Cécile Delarue, explique que la renommée de PPDA le précède. Pas qu’il possède le record de présentation du vingt heures. Mais elle comme un certain nombre de ses collègues fait en sorte de ne pas se retrouver seul avec lui dans un lieu clos, même un ascenseur. Au moment présent, Hélène Devinck est troublée au point de perdre contenance quand elle raconte ses souvenirs après de PPDA. « J’ai cédé. Mais j’ai serré les dents, et étouffé mes larmes. C’était vraiment humiliant. Je n’avais pas le choix, sinon je ne travaillais plus ».

Mais la confidence ne s’arrête pas là, « Quand j’ai voulu que notre collaboration s’arrête, il a été vexé et cruel, et allait dire à toute la rédaction que j’étais nulle. » En ce qui concerne Clémence de Blasi, à l’occasion de son entretien auprès de PPDA, ce dernier tente d’apprivoiser la jeune. Mais Clémence de Blasi n’accepte pas ses demandes, alors il se venge d’elle en faisant un portrait avec des moqueries.

PPDA fait appel au soutien de ses proches


Comme d’habitude, les affaires concernant des personnalités peuvent prendre des mois, voire même des années.
PPDA fait confiance à ses amis qui va sans doute l’aider à rétablir sa vérité. Marie-Hélène Mille, sa secrétaire, se rappelle combien son chef est obsédé par le sexe féminin. « Il recevait des dizaines et des dizaines de lettres, certaines avec des photos de femmes très suggestives, voire complétement sans vêtement (…) et variés, qui allaient de gâteaux et chocolats jusqu’à des dentelles… C’est hallucinant ». « Tous les jours, dans le bureau voisin, la porte était le plus souvent ouverte. Jamais je n’ai été victime ni témoin des comportements que certaines lui prêtent aujourd’hui. »

En ce qui concerne Claire Chazal, PPDA est un homme bien. Elle le sait, c’est le père de son enfant. Actuellement divorcés, Soldatlouis sait que leur relation a changé en bien. Les trois mots, Respect-Admiration-Estime, sont les plus fréquemment utilisés par la présentatrice de Passage des Arts.
Bernard Montiel considère que la situation de PPDA s’aggrave. « Il est triste. Je l’ai appelé ce matin. Il ne fera rien, à part envoyer un communiqué. Il est abattu évidemment. »