Najoua Belyzel a des nouveaux projets musicaux qu’elle lance à la Radio DeltaFM. La Star répondait sur des nombreuses questions des journalistes d’un magazine people. A part sa vie artistique, elle parlait aussi des choses terribles qu’elle a vécu à l’âge de 13ans. Un vrai coup dur pour les auditeurs !

Najoua Belyzel : elle se remémore tout ce qu’elle a vécu et sa jeunesse dramatique.


Mais avant ce passé horrible, Najoua Belyzel parle sur ces projets : ‘‘ je travaille sur une extension de Rendez-vous … de la lune au soleil, qui est sorti il y a deux ans’’. Aujourd’hui, elle prend son temps. Puisque le premier album était terminé à la va-vite.  « L’industrie musicale n’était pas la même. Je n’avais pas pu développer davantage d’autres thématiques, d’autres chansons que Gabriel, qui a une renommée internationale. J’ai recommencé à écrire pendant le deuxième confinement ».

Puis, le résultat du titre parvient à renouer avec ce qu’on vit. Ensuite nos confrères d’un célèbre magazine lui demande si son hit Le con a un quelconque rapport avec le mouvement #MeToo. La réponse est sans appel, elle tire les faits de la vie actuelle. Surtout l’horreur qu’a dû subir toutes ces femmes abusées.

Elle aurait pu partir si tôt


En guise de réponse, la chanteuse dit qu’elle s’est laissée inspirer par la situation du moment. De l’histoire, des situations éprouvantes de cette société. Spécialement pour cette chanson, elle a laissé libre cours à l’histoire de la touriste canadienne « venue en France qui avait accusé des policiers de viol ». Effectivement, les faits qu’elle raconte ont eu d’énormes répercussions sur sa vie. De plus, un corps était mis en place pour la contrer. Des faits que les caméras ont bien approuvé pourtant le corps s’est efforcé a dire qu’elle disait : « oui », marque de consentement .
L’artiste poursuit : « Le fait qu’elle se laisse faire parce qu’elle s’est dit que si elle se débattait, elle allait mourir. Elle a choisi de vivre avec ». Comme beaucoup d’autres femmes d’ailleurs, Najoua Belyzel continue : « Je me suis mise à sa place. Je me retrouve en chacune de ces femmes ». Car la chanteuse a vécu une situation semblable à cette histoire.

Seulement 13 ans


Najoua Belyzel vivait une horreur pareille à son jeune âge. Ainsi, elle a pris une décision de mener ce combat : « Je m’intéresse toujours à ce qu’il se passe, juridiquement parlant, pour la protection des mineurs et des enfants. Au moment du débat sur l’âge du consentement, plein de femmes ont posté des portraits d’elle à l’âge de 13 ans, ce que je me suis amusée à faire. Puis j’ai eu une interview, et en regardant à nouveau cette image, je me suis revue sous l’emprise de mon médecin de famille ».

Cet homme a abusé d’elle : « Tout est ressorti. Je me suis dit que c’était le moment d’en parler. Je crois que c’était mon devoir, en tant que femme, mais aussi en tant que maman … Il touchait des endroits qu’il n’avait pas le droit de toucher (…). Il le montrait des photos à caractère pédopornographique pour me parler de l’érection chez les hommes. Puis il a insisté pour s’occuper de ma scoliose, pour que je me revienne. Il m’a fait descendre dans un sous-sol, m’a installée sur une table avec une télévision, des bonbons. Je la revois cette scène. Il montait, il descendait, remontait. Ses gestes étaient rapides. J’ai eu la lucidité de mettre mes baskets et de m’enfuir ».
Une histoire choquante qu’au moment après les faits elle n’en a pas parlé à ses parents. Certes car ce fut un homme respectable aux yeux de tous mais pas envers Najoua Belyzel.