Le couple possède sa propre fondation qui travaille en collaboration avec Procter & Gamble. Ainsi les deux parties sont ensemble pour le lancement de crèmes éclaircissantes. Mais ils sont dans une mauvaise passe. Procter & Gamble est taxée de raciste. Puisque la société ne vend les crèmes qui éclaircissent la peau que dans les continents africain et asiatique. Et ce qui cause la surprise générale c’est que le couple du prince Harry est avec eux. Même après la discussion longue avec Oprah durant le mois de mars dernier.

Une interview de tous les dangers !


Effectivement, Oprah avait reçu sur son plateau Meghan Markle et Harry sur la chaîne CBS. Cela s’est passé en début mars aux États-Unis car ils habitent là-bas. Une interview qui a obtenu environ 17 millions d’audience outre-atlantique. Un chiffre donné par The Hollywood Reporter. Même l’Hexagone a rassemblé 1,46 millions de téléspectateurs sur TMC. Une interview qui mérite bien le détour, la présentatrice a tenu à souligner : « Nous savons tous comment faire notre travail. Mais ce qui rend l’interview puissante c’est quand l’autre est prêt à être aussi ouvert, aussi vulnérable et aussi sincère qu’eux ».

Et puis d’ailleurs, elle poursuit ainsi : « Je m’attribue le mérite d’avoir posé les questions, mais la raison pour laquelle l’entretien a été ce qu’il a été, c’est parce qu’ils ont répondu de la façon dont ils l’ont fait ». La duchesse de Sussex, aujourd’hui âgée de 39 ans avoue avoir pensé à partir de cette terre. Effectivement, tant la presse à scandale britannique l’a mis à bout : « Je savais que si je ne le disais pas, alors je le ferais. Et je ne voulais juste plus être en vie. C’étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires » alors qu’elle était encore enceinte de leur tout premier enfant.

Buckingham raciste ?


Ensuite, l’ancienne comédienne américaine rajoute qu’elle en a déjà évoqué ce qui lui est arrivé. A qui ? A la famille royale, toutefois, sans conséquence : « J’avais besoin d’aller quelque part pour obtenir de l’aide. J’ai dit que je ne m’étais jamais sentie comme ça avant (…) et on m’a dit que je ne pouvais pas, que ce ne serait pas bon pour l’institution ». Aujourd’hui, cela paraît n’être qu’un souvenir de passage. Car Californie leur offre une vie avec beaucoup plus de liberté. Comme elle le dit : « Nous sommes passés de l’autre côté », littéralement et métaphoriquement. Pour continuer : Toutes ces choses que j’espérais se sont réalisées. Et, d’une certaine façon, ce n’est que le début pour nous ». Faut se rappeler que le père de Meghan Markle est blanc tandis que sa mère est noire.

Donc la famille royale craignait de quelle couleur serait la peau de leur héritier. Une crainte qui s’est transformée en refus. Un non pour Buckingham Malgré cet incident, le couple de Sussex a quand même choisi d’allier leur fondation Archewell à la multinationale P&G. afin de « construire des communautés plus compatissantes ». Des ventes qui auront lieu en Afrique et en Asie. Des produits qui pourront réduire la concentration ou même la production de mélanine utile pour pigmenter la peau.