Pour le compte de la radio J, la ministre Marlène Schiappa a donné de plus amples explications sur les nouvelles restrictions sanitaires. En fait, il s’agit plus particulièrement des mesures concernant l’interdiction de certaines pratiques coquines. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir Jean-Marie Bigard. Sur son compte Tweeter, il a posé un avis qui a beaucoup fait rire !

Des propos piquants !


L’entretien de la ministre Marlène Schiappa a quelque peu dérapé sur les ondes de la Radio J. En effet, son interview devait au départ être axée sur la lutte contre les pratiques polygames. Pourtant, la discussion a très vite tourné sur un sujet tout aussi olé-olé. « Certaines personnes détournent nos intentions. Ils pensent que leur liberté sexuelle sera bafouée. Ou encore que le législateur va interdire les plans à trois, les trouples ou l’infidélité ! Rassurez-vous, Français et Françaises, vous aurez le droit de continuer d’être libertins ! »

À quoi on doit s’attendre pour les fêtes de fin d’année ?


Il n’en fallait pas moins pour faire réagir l’humoriste Jean-Marie Bigard. Ce monsieur, qui n’a pas peur d’exprimer ses avis sur tout, a lancé un tweet des plus hilarant. Sûrement, ses fans ont dû bien rire à la suite de ce tweet. « Donc tout le monde est rassuré : le gouvernement nous rappelle que pour Noël, amie mangera dans la cuisine. En revanche, il restera possible de prendre la voisine et sa copine sur le buffet. Merci Marlène Schiappa ». Un moyen d’exprimer son mécontentement face à la décision. D’ailleurs, de nombreux humoristes ont suivi le pas et se sont exprimés sur le sujet.

Jean-Marie Bigard : cette grande gueule !


Depuis plusieurs mois maintenant, l’humoriste a multiplié les apparitions à la télévision. Et il n’en oublie pas moins les réseaux sociaux. Effectivement, il a beaucoup manifesté sur les décisions du gouvernement. Notamment, concernant les mesures liées à l’épidémie de coronavirus. Jean-Marie a fortement repoussé la fermeture des bars et des restaurants. À cet effet, il a reçu un coup de fil de la part du président de la République en personne.