Dans une interview avec Quotidien, Bruno, le grand champion de « Les 12 coups de midi » a livré la cause de son licenciement. Aurait-il un rapport avec sa participation dans l’émission ?

Devenu grand champion des jeux télévisés français, Bruno enchaîne des interviews ces derniers temps. Dans les colonnes de Quotidien, le grand maître de midi explique la raison de son licenciement.

Bruno, millionnaire grâce à « Les 12 coups de midi »

Au bout de huit mois de participation dans la fameuse émission de TF1 « Les 12 coups de midi », Bruno Hourcade a fait un grand exploit. En effet, lors de sa 242 ème participation, le surnommé Fifou Dingo a réussi à dépassé le cap du million d’euros de gains et de cadeaux. Après avoir signé un nouveau coup de maître, le grand champion a pu remporter 10.000 euros ce jour-là. Ainsi, sa cagnotte a atteint la somme de 1.002.907 euros.

Il faut dire que ce record était le dernier que Bruno devait battre pour devenir le grand champion toute catégorie des jeux télévisés en France. Effectivement, il a déjà remporté le record du nombre de participations dans ce genre de programme après avoir dépassé Marie-Christine. Cette dernière qui participait dans l’émission « Tout le monde veut prendre sa place ».

Bruno dévoile la cause de son licenciement

Il y a quelques mois, Bruno a évoqué sur le plateau de « Les 12 coups de midi » qu’il a été viré de son travail. Il avait ainsi expliqué : « Il y a eu un plan social dans l’entreprise et une personne par pôle devait partir ». Pour l’anecdote, Bruno occupait le poste de chargé d’étude à la régie publicitaire de la chaîne Eurosport. Le grand maître de midi est revenu sur ce sujet lors d’une interview accordée au Quotidien, le mercredi 29 septembre 2021. Apparemment, son licenciement n’a rien à avoir avec sa participation dans la célèbre émission de TF1.

« Il y a eu un PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi, ndlr) puisque Eurosport diffusait beaucoup de programmes en live », a commencé Bruno. Puis, le chouchou de Jean Luc Reichmann a expliqué qu’il s’occupait de « mettre des pubs dans les directs des programmes et notamment le ski alpin ». Mais pendant la période du coronavirus, il n’y avait eu beaucoup d’événements sportifs à diffuser. Ainsi, il faisait partie de ceux qui ont dû partir de chez Eurosport car il était « un des derniers arrivés ».