Jean-Pierre Pernaut était le sujet du volet portrait de Sept à Huit dimanche dernier. Dans son entretien avec Audrey Crespo-Mara, il évoque le douloureux souvenir de sa mère.

Un départ très médiatisé


Après 30 ans de bons et loyaux services, Jean-Pierre Pernaut tire sa révérence . Dans à peine quelques jours maintenant, il laisse les rênes de son 13 heures à la jeunesse. Le vendredi 18 décembre prochain, le rideau va tomber sur le visage d’un des présentateurs préférés des Français. Il laisse la place à son homologue de France 2 Marie-Sophie Lacarreau. Les plus anciens se souviennent encore de ce premier journal télévisé le 22 février 1988.

Le journaliste fait couler beaucoup d’encre en ce moment. Sur le départ, il multiplie les interviews et les confidences. Dans cette optique, il était l’invité d’Harry Roselmack dans son magazine d’informations Sept à Huit. Au cours de l’entretien, le septuagénaire revient sur son parcours professionnel. Mais également et surtout, il évoque le souvenir douloureux de sa maman Françoise Pilot.

Un souvenir très douloureux pour Jean-Pierre


Les téléspectateurs l’ont bien compris, Jean-Pierre Pernaut aimait profondément sa mère. Le dimanche 13 décembre dernier, le mari de Nathalie Marquay a longuement parlé de sa maman. « Ma mère a été ma première supportrice. En 30 ans de journal, elle n’a raté aucun de mes passages. Que ce soit dans le journal de 13 heures ou dans mon émission Combien ça coûte. Inévitablement, tous les soirs, elle m’appelait pour me donner son avis de la journée. Souvent, elle critiquait la cravate que je portais. Mais bon, elle a fini par abdiquer sur ce point puisque mes cravates se ressemblaient toutes à l’époque. »

Les larmes aux yeux, il explique sa douleur face au décès de sa mère qui date de 4 ans maintenant. « Mes parents m’ont transmis des valeurs essentiels. Je leur porte le plus grand des respects. Ma mère nous a quittés à l’âge de 102 ans. Il était inimaginable pour moi de quitter le 13 heures tant qu’elle était là. Elle ne l’aurait pas compris ! » Pour la dernière donc, il aura sûrement une pensée pour elle. Enfin, si vraiment le journaliste quitte TF1. En effet, il finit l’interview en laissant planer le doute : « Et si je vous disais que toute cette agitation autour de mon  n’était qu’une énorme blague ? »