Mardi 17 novembre dernier, le journal de 13 heures de TF1 a rapporté une situation hors du commun. À l’instar de la France, Monaco autorise l’ouverture de ses boutiques. Jean-Pierre a donné son avis sur la question. Et il n’a pas pris les pincettes pour le faire.

Le présentateur inquiet par les embouteillages


Le mythique présentateur du journal de 13 heures de TF1 a toujours exprimé ses avis sur tout. Les mesures sanitaires édictées par le gouvernement n’en font pas exception. Qu’il soit étonné ou contrarié par ces directives, Jean-Pierre a pour habitude de pousser des coups de gueule lorsqu’il n’est pas d’accord. Par ailleurs, il épie les décisions du gouvernement ou l’attitude des Français face à celles-ci. Sur le plateau comme sur les réseaux sociaux, il n’hésite pas.

En particulier, il fait part de ses inquiétudes à la vue des embouteillages observés sur les routes. « Malgré le reconfinement, tout semble fonctionner hormis les librairies, les magasins de jouets ou encore les fleuristes. » Selon lui, ce n’est pas du tout cohérent. Préoccupé, il parle longuement de la situation économique des petits commerçants dans le journal qu’il présente.

Jean-Pierre Pernaut met l’accent sur ce qui cloche !


La situation est tout autre à Monaco. En effet, on constate que là-bas, les commerces restent ouverts. Plus particulièrement, les restaurants restent libres d’ouvrir. Les autorités locales n’ont instauré qu’un couvre-feu. Pas de mesures de confinement donc pour les habitants de la principauté. Une aubaine pour les Français qui habitent près des frontières qui peuvent y aller prendre du bon temps. Au cours de son journal, Jean-Pierre Pernaut qualifie la situation comme frisant le ridicule ! « Visiblement, la pandémie ne frappe pas les commerces et les restaurants de la principauté. Les clients français affluent en grand nombre là-bas. » Une situation loquace qui va encore heurter les patrons de commerces français.

Une liberté d’expression assumée pour l’homme


Jean-Pierre Pernaut a toujours fait preuve d’une grande liberté d’expression au fil des ans. Il n’hésite pas à placer ses avis personnels à l’encontre des gouvernants entre deux reportages. Entre autres, il avait déjà donné son avis contre le président quant à sa manière de gérer la crise sanitaire. En effet, il avait dénigré les décisions prises en haut lieu en les jugeant comme inefficaces et incohérentes. Une liberté qui lui a valu de bâtir une grande notoriété auprès des Français. À la tête du journal de 13 heures depuis maintenant 30 ans, il fait une importante part d’audience à chaque fois. Son journal télévisé met souvent l’accent sur la France rurale où savoir-faire ancestral, traditions et terroirs sont les stars.