.Depuis un long moment, nous devons faire face aux effets du covid19 qui fait rage dans tout le pays. Cette cohabitation ne se fait pas forcément dans la plus franche camaraderie.
En effet, le virus est néfaste et tue chaque jour certains de compatriotes. Alors, forcément pour limiter la contamination, il a fallu que le gouvernement prenne des décisions sévères qui n’ont toujours pas plu à tout le monde.

Certaines personnes ont ras le bol de certaines décisions du gouvernement !


Si au début, ces décisions ont été suivies et acceptées sans trop de problème par toute une partie de la population, récemment les choses ont changé. Maintenant, ce n’est plus le cas. On sent une forme de ras le bol s’installer.

Au fil du temps, on voit des personnes se plaindre des décisions prises. Elles indiquent mêmes, que ce qui a été mis en place est très pénalisant pour eux. C’est notamment le cas de Julien Clerc ou bien encore de Francis Lalanne qui souhaite la démission du président Macron.

Julien Clerc : un changement de stratégie ne fera de mal à personne !


Ce dimanche, il avait un entretien avec le Journal du Dimanche à l’occasion de la sortie de son nouvel album intitulé Terrien. Mais rapidement, les questions et les réponses sont été focalisées sur un autre sujet.

Car oui, comme tout le monde, Julien Clerc se pose des questions sur ce covid19. Il souhaite avoir une idée de la manière dont on doit agir pour protéger la population tout en leur laissant un maximum de liberté.

Pour Julien Clerc, certaines décisions prises ces deniers par le gouvernement ne sont pas les bonnes. Il faut avouer que celles-ci affectent par exemple directement le monde de la culture.
Selon lui, il ne serait pas raisonnable de se dire que le virus ne tue pas et de ne rien faire. Il faudrait faire en sorte de protéger les personnes les plus fragiles en priorité en laissant plus de liberté aux moins fragiles.

En quelque sorte, ce que Julien Clerc propose, c’est une technique pour combattre le Coronavirus. Une technique qui a fait son apparition à la fin du premier confinement. Cette dernière priorise le confinement des personnes à risque.

Ainsi, on peut reprendre nos occupations du quotidien, tout en faisant quand même attention aux mesures barrières.