L’épouse de François Hollande ne s’est pas retenue de s’exprimer face à la situation actuelle du pays. Julie Gayet déplore la gestion de cette crise sanitaire. De plus, elle trouve que la ministre Roselyne Bachelot ne s’implique pas trop dans les répercussions de cette pandémie. Surtout en termes de culture, car ceux qui travaillent dans ce domaine sont vulnérables aujourd’hui. L’ancienne première dame a confié ses pensées lors de son passage dans l’émission C à Vous.

Un gros coup de gueule !


La réalisatrice et actrice a déclaré : « Monsieur le Président Macron : rouvrez les salles de cinéma. Maintenant ! Je trouve qu’il tue même la culture. Le théâtre (…) il n’y a pas eu de cluster dans les théâtres avec une jauge limitée, ça aurait été assez formidable de se dire qu’avec un ticket on pouvait aller au théâtre …

Je pense qu’il y a une volonté de choisir quels secteurs on décide d’ouvrir. A un moment donné, je pense que l’exception culturelle c’est Français. Je dis pourquoi l’exception culturelle française on n’aurait pas pu se dire sur les théâtres, sur les cinémas, assis avec une jauge comme à l’église, donnez-nous des règles. (…) ça fait très longtemps, et c’est très injuste voilà. »

Le 08 mars : une occasion de prendre la parole !


A l’occasion de la journée mondiale de la femme, le 8 mars dernier, elle tenait également à s’exprimer. Par ses paroles, elle souligne bien son implication dans les droits de la femme. Julie Gayet annonce ainsi : « Sur le fonctionnement de la justice, il y a encore des problématiques. » Puis elle poursuit : « Il y a des choses qui se sont passées avec le Grenelle des violences, mais c’était très décevant, ces trois mesurettes (…) On attendait beaucoup d’argent et on nous a expliqué dès le deuxième jour qu’il n’y en aura pas ».

Dans cette lancée, elle s’est alliée avec d’autres femmes célèbres. A savoir Amel Bent, Chloé Jouannet, Aure Atika… Elles sont toutes engagées pour libérer la parole de la femme. D’ailleurs, Elisabeth Moreno fut présente également sur le plateau de l’émission. Julie Gayet en profite de cette présence ministérielle pour ajouter : « On a fait ce clip pour aller plus loin ; ce n’est pas normal que la société évolue mais que l’on arrive pas à faire baisser les féminicides (…) Donnez lui des moyens. Elle est formidable et elle saura quoi en faire. »