Mardi dernier sur le plateau de TPMP, Cyril Hanouna évoque un sujet qui concerne le buzz de Jean-Marie Bigard sur la crise de Covid-19. Ça n’arrête plus cette polémique de Jean-Marie avec ses fausses annonces. Il compare le pass sanitaire et l’étoile jaune. « C’est une honte nationale ! Je compare, il faut absolument mettre un signe distinctif exactement comme on l’a fait avec les juifs à la seconde guerre mondiale ! bah pourquoi ? Dis-moi ! Ce n’est pas plus pratique de nous mettre un signe pour dire ‘JE NE SUIS PAS VACCINE !’ ?! » il avait dit cela sur RTL France.

« Il a du sang sur les mains »


Ce mardi dernier, Cyril Hanouna a fait un débat de défaillance en public de l’humoriste. Il dit directement vers le ministre de la santé, Olivier Véran. Ainsi, il n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a évoqué le ministre. « il a du sang sur les mains, quand il nous dit qu’il nous oblige, et bien c’est un mange-me***, un con***. Véran, véreux, variant », il fume ou quoi ? » Il est hors lui. En effet, il pointe son arme à l’ancien ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Il hurle devant le public : « Maintenant elle est quand même protégée en Suisse. Quand tu penses que cette connasse ne va pas payer ses crimes… Espèce de grosse connasse, crève ! Cette femme a du sang sur les mains, Olivier Véran aussi et un jour ils le paieront ». Ses paroles hostiles, une émotion sans raisonnement. Il ne peut plus en rajouter pour que le ministre s’exaspère. Il a tenu à préciser : « Comment on peut dire ces insanités ? Comment, quand on est un humoriste qui ne fait plus rire personne, on peut utiliser sa notoriété pour dire des conneries pareilles ? Excusez-moi, mais c’est atterrant ».

Jean-Marie Bigard a dit : « Excusez-moi c’est atterrant ! »


Il faut être en courant que l’humoriste a sa notoriété en tant qu’ancien avocat. Et cette opinion l’à touchée directement. Le mardi 25 mai, Jean-Marie Bigard poste un message adressé tout droit au ministre de la Justice. Il le prend comme son ami avec lequel « il dinait autrefois ». « Nous avons tourné dans le même film de Claude Lelouche (…) Je suis étonné qu’il soit atterré par mon comportement. Atterré, c’est un mot qui est très fort parce que je suis mes convictions, je parle parfois un peu fort… c’est pour éveiller les consciences », explique-t-elle. L’humoriste, il assure ses mots car il vise toujours le même point.

Puisque pour lui, Eric Dupond-Moretti a tort : « Tu as plongé ! Tu as accepté de faire partie des petits marquis qui entourent la gouvernance (…) je ne t’en veux pas, tu as cédé à la tentation ». « Quand tu dis que je suis un humoriste qui ne fait plus rire personne, là, j’ai envie de te dire Eric, mon ami, que je fais rire encore beaucoup de gens. », réellement agité sur son égoïsme. « Je t’invite ? Il n’y a plus de places à vendre mais je vais te trouver une place pour toi le 19 juin à l’Olympia. Tu viendras constater par toi-même que plus personne ne rigole », il met le point sur le i.