Jade Lagardère se permet de s’ouvrir au monde de la BD. Elle crée ce fameux personnage appelé Amber Blake. N’hésitez pas à aller à sa rencontre. Aucun membre de sa communauté n’aurait imaginé une telle séquence lors de ce samedi 29 mai. Effectivement, elle a mis au point un personnage à son image. Ce qui fait que le mannequin qu’elle est, n’hésite pas à mettre à sortir son accoutrement en cuir. Une combinaison qui la valorise fortement. Sur son compte Instagram, elle a mis en légende : « Amber s’immisce un peu trop dans ma vie ou moi dans la sienne… #amberblake ».

Jade Lagardère : « très vite »


Afin d’accomplir la campagne de son tout nouveau projet, Jade Lagardère a donné une interview à Gala magazine. Puis, elle s’est démarquée grâce à sa façon de vivre. Effectivement, elle débute dans le mannequinat à seulement 13 ans. Ensuite, elle devient maman à 21 ans et épouse d’Arnaud Lagardère à 22 ans. Aujourd’hui, âgée de 30 ans, elle écrit une Bande Dessinée. A travers les colonnes de ce magazine, elle avoue qu’elle « vit (vis) à deux mille à l’heure ».

Puis, elle continue : « J’ai toujours tout fait très vite. Voire trop vite ! (Rires) » Mais, elle n’éprouve « aucun regret ». Après, elle en parle de ce projet : « Mais pour en revenir à la BD, je suis née dans la banlieue de Bruxelles et vous connaissez l’amour des Belges pour le neuvième art… (les collections complètes de Tintin, Oracle et Le Décalogue trônent sur les étagères du salon, ndlr). »

Un « rêve » …


Un projet qui lui a titillé l’esprit depuis 2013, lorsqu’elle était enceinte de sa deuxième fille. Elle relate : « Mais je ne savais pas encore que j’allais en faire une BD. En fait, j’écris depuis que je suis toute jeune. J’ai commencé par griffonner mes états d’âme sur des bouts de papier dès la primaire, car rapidement je suis devenue trop grande, trop différente. Et j’ai continué, parce que ça me faisait du bien. L’écriture, c’est mon jardin secret. Là, j’ai ressenti le besoin de mettre des images sur les personnages, les décors. Du coup, la BD m’est apparue comme un bon compromis avant, peut-être un jour, d’être adaptée à la télé ou au ciné… J’en rêve ! »

L’histoire qu’elle voulait aborder dans son ouvrage fut le thème Thriller, choisi pour « aborder des sujets que je vois à la télé et qui me révoltent, comme la violence faite aux femmes, la prostitution, la pédophilie, la drogue… Je voulais une héroïne forte, qui traverse les épreuves sans que jamais celles-ci n’altèrent sa bonté. Elle combat le mal et je trouve ça… (sa voix s’éraille) magnifique. » Une idée qui l’émeut au plus haut point surtout que ce matin-là, elle a eu sous ses yeux l’album à l’imprimerie.

Le Kill à prix exorbitant


Les clichés qu’elle a postés sur son compte Instagram sont juste magnifiques. Surtout celui où l’héroïne porte une combinaison époustouflante « Kill » déposée par la marque Jitrois. Cette dernière coûte la somme de 3950 euros. Comme indique la marque : « Le Kill présente une forme moulante à couper le souffle, une ceinture séduisante à la taille et un col montant accessible par une fermeture éclair audacieuse. Confectionné dans notre cuir d’agneau stretch seconde peau le plus fin, le Kill reste l’une icônes des féminines de la maison parisienne ». Un accoutrement que les abonnés de la jeune femme et maman ont adoré et comblé d’éloges.