Les histoires ne s’améliorent pas pour Éric Zemmour. Effectivement, il continue de faire la une des médias dans cette affaire d’agressions d’une femme. De plus, ce 31 mai, Mediapart fait une déclaration fracassante sur le contexte. Deux personnes déclaraient publiquement que les bruits qui courent concernant la célébrité sont vrais. Selon lesquels la célébrité a comme manière d’agir des attitudes déplacées vis-à-vis des femmes.

Éric Zemmour : une affaire qui fait la une, des nouveaux témoignages difficilement accablants ?


Gaëlle Lenfant faisait une révélation vraiment incroyable en ce qui concerne le polémiste, au mois d’avril dernier. Elle affirme avoir été attaquée violemment par Éric Zemmour, le journaliste du Figaro et de CNews. Les faits sont datés de plus de 15 ans, elle fait le choix actuellement d’en parler. Effectivement, en 2005, elle aurait déjà rencontré son présumé agresseur. Durant cette rencontre, il avait envers elle une attitude plus qu’entreprenant.

Gaëlle Lenfant explicitait que cette petite histoire s’était déroulée entre 2004 et 2006. “J’étais alors jeune militant du PS, et je participais à notre université d’été annuelle, à La Rochelle. La veille, nous avions dîné à cinq dans un petit resto près du port. Il y a fait là Mélenchon, Bartolone, un militant PS des BDR ( Bouches-du-Rhône, NDLR), moi, et… ce journaliste du Figaro dont je n’avais jamais entendu parler, Éric Zemmour. La soirée se passe bien, il ne se passe rien, rien d’autre que des conversations polies avec Zemmour “. Or, le lendemain, l’atmosphère va tellement changer.

Éric Zemmour : une véritable attaque


La responsable politique du Parti Socialiste affirme que la célébrité Éric Zemmour aurait eu une attitude très déplacée envers elle. “Le lendemain matin, je participe à un atelier animé par Jean-Luc Mélenchon. Je m’assois, et environ une demi-heure plus tard, Zemmour arrive, s’assoit sur la chaise devant moi, me reconnaît, me dit bonjour et me demande ce qu’il a raté. Je lui résume l’intervention. L’atelier se termine, je me lève, il se lève aussi. M’attrape par le cou. Me dit ‘Cette robe te va très bien, tu sais ?’ Et m’embrasse. De force. Je me suis retrouvée tellement sidérée que je n’ai rien pu faire d’autre que le repousser (…)”. En dépit de ce récit et ses imputations, Éric Zemmour met toujours en doute le bien-fondé de cette version. Or actuellement, Mediapart apporte d’autres preuves pour ainsi affirmer que la célébrité de l’émission “Face à l’info aurait déjà eu par le passé des problèmes du même genre”.

Effectivement, une attachée de presse déclare avoir eu un SMS en provenance d’Éric Zemmour : “J’attendrai que vous m’invitiez chez vous pour vous violer”. À une autre opportunité, lors de leur rencontre, il avait là aussi un comportement déplacé. Il lui aurait “subitement glissé une main pour la poser sur sa cuisse”. Un témoin anonyme met de plus : “Il me dit qu’il n’aime pas la séduction, que ça ne l’intéresse pas”. Une stagiaire au Figaro en 1999 déclare aussi avoir été abusée par Éric Zemmour. D’après les dépositions reçues par Mediapart, l’ex chroniqueur de Laurent Ruquier l’aurait envoyée au mur. Une méthode assez violente, en posant sa bouche sur la sienne. Elle fait comprendre cependant s’être révélée très compréhensive avec lui en refusant ses avances de relation. Deux témoignages viendraient alors confirmer la version de Gaëlle Lenfant qu’Éric Zemmour était vraiment habitué du genre. Pourtant, en dépit de nombreux récits de ce type, le principal impliqué continue de prendre sa défense.