Jeudi 7 janvier, l’émission Envoyé Spécial s’intéresse de près aux agriculteurs. Pour cela, des enquêtes ont été menées auprès des travailleurs saisonniers par les journalistes du magazine. Travaillant sur un sujet sensible de ce genre, les reporters de France 2 ont pris le risque de faire les investigations. Mais tout a viré au cauchemar pour eux.

Les travailleurs saisonniers, dans l’ombre


Élise Lucet présente sur France 2 l’émission, Envoyé Spécial hebdomadairement. Se focalisant sur les problèmes sociaux, le magazine a connu son succès depuis plusieurs années. Pour pouvoir offrir des enquêtes très fouillées dignes d’une enquête policière, les journalistes du magazine doivent faire face à plusieurs difficultés. En effet, certaines personnes dont leurs intérêts sont mis en cause par ces investigations prennent les reporters de la chaine comme leurs ennemis. Comme le cas lors de ce reportage sur les agriculteurs notamment les travailleurs saisonniers.

Pour la récolte des légumes ou des fruits, plusieurs exploitants font appel à des exilés. Ces derniers n’ont pas les meilleures conditions de travail comme les Français. Aussi, ce cas intéresse la justice, car ces travailleurs ne sont pas déclarés à l’Etat. Pour sa part, Envoyé Spécial a décidé de faire un reportage à ce sujet. Mais, une journaliste a été menacée et agressée par un agriculteur qui ne voulait pas répondre à ses questions.

Il agresse les journalistes d’Envoyé Spécial


Pour mieux cerner le sujet, les reporters d’Envoyé Spécial ont voulu interroger un exploitant agricole qui ne souhaitait pas leur présence. De ce fait, il a attendu au portail de sa ferme et a tenté d’écraser une journaliste de France 2 en avançant avec son véhicule. Mais ce n’est pas tout ! Furieux, il a brusqué toute l’équipe du magazine.

En pleine séquence, l’agriculteur a hurlé de toutes ses forces : « Vous êtes malade de venir chez les gens ! ». En effet, les journalistes d’Envoyé Spécial étaient venus chez lui pour une raison. Il était poursuivi en justice, car il logeait des travailleurs saisonniers dans des conditions odieuses. Évidemment, il n’a pas voulu donner des explications à ce sujet.