Bernard de La Villadière ne ‘s’entend pas très bien avec Gilles Verdez, et cela dure depuis des années. Puis, lors de son passage dans Buzz TV, il n’a pas hésité à dézinguer TPMP et Gilles Verdez. Des mois se sont écoulés et la relation entre Bernard de La Villardière et Gilles Verdez ne semble pas s’améliorer. Effectivement, les deux personnes entretiennent une relation incommode. Même qu’un historique est répertorié à leur encontre. Et une fois encore, le journaliste qu’il est, vient de faire tort à Cyril Hanouna et toute son équipe. A travers le programme Buzz TV du 20 mai de TV Mag.

Bernard de La Villardière a Gilles Verdez dans sa ligne de mire


Lorsque l’occasion se présente, le chroniqueur du Baba dévalorisait toujours le journaliste. En raison des émissions de ce dernier, il lui reproche de parler et reparler des personnes venant des autres pays. L’émission de Bernard de La Villardière existe juste pour enflammer les réseaux sociaux à longueur de temps. Donc, en guise de réponse à ces rétorques, il s’est levé pour critiquer à son tour de TPMP en les décrivant “de crétins inutiles”.

Toutefois, cela n’était que le début. Car le journaliste de M6 a voulu reporter l’affaire devant la justice. Ainsi, pour bien enfoncer le clou, Bernard de La Villardière décide de faire préjudice à Gilles Verdez et tous ses collègues. Le patron de M6 a dû s’engager dans cette histoire pour faire arrêter l’animateur et les chroniqueurs de TPMP. Ensuite, vient la.décision d’un juge concernant cette affaire, le plaignant a obtenu raison. Le chroniqueur a reçu une condamnation suite à des paroles diffamatoires. Néanmoins, l’histoire continue encore.

Là où tout a débuté


Le journaliste a relaté comment toute cette histoire entre lui et Gilles Verdez a débuté. Il a suffi d’une altercation entre les deux parties durant l’année 2018 dans C8. Il affirme : “J’assume. Surtout que je n’étais pas agressif. J’ai été agressé sur le plateau.de Touche pas à mon poste”. Les chroniqueurs de Cyril Hanouna se sont tous jetés sur lui mais le plus acharné d’entre eux reste sans doute Gilles Verdez. Après cela, il fut attaqué encore et encore, à longueur de temps, il en avait marre de tout cet acharnement. D’ailleurs, il était devenu une cible des menaces incessantes le nommant un xénophobe.

“Il fallait que ça cesse. C’est-à-dire que j’étais traité régulièrement d’islamophobe. Vous savez que quand on dit que quelqu’un est islamophobe, on l’expose non seulement à la vindicte, mais aussi à un risque d’attentat. C’est une violence extraordinaire… Donc j’ai demandé au tribunal de Paris de statuer et effectivement, Gilles Verdez a été condamné”. Un message apparemment très clair.