Depuis plusieurs années, Caroline de Monaco traîne avec elle une certaine mélancolie. En effet, elle a décidé de quitter son mari Ernst August de Hanovre avec qui elle était mariée depuis 1999. Leurs années de mariage ont été un véritable calvaire pour Caroline de Monaco. Plus de détails dans la suite…

Une vie amoureuse tumultueuse


Caroline de Monaco a multiplié les relations amoureuses au cours de sa vie. Après le décès de son second mari Stefano Casiraghi en 1990, elle retrouve l’amour auprès de monsieur De Hanovre. D’ailleurs, elle a beaucoup espéré de ce mariage. Malheureusement, son conte de fée vire très vite au cauchemar. Son mari multiplie les infidélités, il se met à boire alors elle décide de partir.

La princesse n’a pas eu une vie facile côté vie amour. Le destin ne semble pas vouloir l’épargner. À 63 ans, la mère de Charlotte est à bout. Elle souffre de ces relations désastreuses. Depuis peu, son entourage constate qu’elle traverse un passage à blanc. Par conséquent, elle a décidé de s’isoler du reste du monde.

Un avis tranché en ce qui concerne les réseaux sociaux


Au cours d’un entretien accordé à Madame Figaro, elle prétend souffrir de la solitude. Caroline de Monaco affirme qu’elle n’aime pas les réseaux sociaux. « Ce sont de véritables poisons pour la vie. À quoi ça sert d’avoir des milliers d’amis virtuels ? Les réseaux sociaux nous isolent de la vie réelle. Cette société hyper connectée ne l’intéresse en aucun point. Ou alors, peut-être qu’elle la fuit, car elle lui rappelle à quel point elle est seule.

Par ailleurs, elle affirme à demi-mot qu’elle est moins entourée depuis qu’elle a pris de l’âge. Surtout qu’elle ne jouit plus de la beauté de sa jeunesse. Malgré ses 4 enfants et ses 7 petits-enfants, la princesse souffre de la solitude. Elle a même failli sombrer dans une dépression. Heureusement, Andrea, charlotte, Pierre et Alexandra seront toujours prêts à la, soutenir. Mais ce n’est pas ce qui manque dans la vie de la princesse. Effectivement, rien ne remplace la présence rassurante d’un homme pas même l’amour de ses enfants.