Bernard Tapie passe par des moments très difficiles. Très touché par ce qu’il vit alors qu’il est malade depuis des années, c’est un réel calvaire. En plus de chagrins, cette nouvelle vient encore s’y ajouter, c’est une vraie catastrophe ! Ceux qui le connaissent se disent que cela pourrait être le coup fatal pour lui. Apparemment, la vie de Bernard Tapie ne sera pas un long fleuve tranquille. Ses admirateurs portent bien attention à ce que les policiers viennent lui réclamer. Apparemment, Bernard Tapie vit une période qui le tourmente

Des procès et encore des procès


Il vous est préférable de découvrir la vidéo qu’un long discours à propos de l’affaire Crédit Lyonnais. Effectivement, cette affaire s’est passée en 1992. Même si on est en 2021, cette histoire est encore dans les mémoires. Il faut bien admettre que les avocats de Bernard Tapie ont une ténacité incroyable. Côté accusé, notre Bernard Tapie est toujours au taquet, il ne se laisse pas battre.

A la tête de l’Olympique de Marseille, Bernard Tapie se retrouvait en haut de l’affiche. On le reconnaissait à ses entretiens incomparables, il ne craignait personne. Toutefois, sa carrière en a pris un coup dur en raison de cette polémique. Etait-il la source même de sa défaillance ou était-il victime d’un complot mal intentionné pour le détruire ?

Il tombe malade


Son épouse est tellement chagrinée lorsqu’on aborde la maladie de son époux. Même si les médecins font tout en leur possible pour l’aider à aller mieux. Toutefois, elle s’étonne de l’affection particulière des fans envers son mari. « Bernard soufre d’un cancer de l’estomac avec extension sur le bas de l’œsophage. (…) Sa nature de battant et l’affection de sa famille, de ses proches, mais aussi les formidables témoignages d’encouragement qu’i reçoit nous rendent optimistes. »

Puis après un certain temps, Bernard Tapie va en rire de sa situation : « Le cancer de l’œsophage et de l’estomac, c’est un cancer qui arrive quand on se fait du mauvais sang. C‘est un cancer Crédit Lyonnais. » Il a taclé ses détracteurs par son message. Même s’il n’est pas en force de plaisanter : « Je me sens donc actuellement beaucoup plus mal […] C’est très violent […] Ce ne sont pas les effets habituels de la chimio (…). Ici, ce traitement peut altérer le cœur et l’assistance respiratoire, donc (…) incontestablement mettre en péril celui qui le subit. » Mais cela empire : « J‘avais perdu 75 % de mes tumeurs et, en deux mois, elles avaient doublé avec des métastases. »

La surprise : mauvaise ou bonne ?


Habitant dans le septième arrondissement, les policiers sont arrivés chez lui. Plus précisément ils ont débarqué à son hôtel particulier. L’AFP affirme que c’était pour une « enquête ouverte au parquet fédéral belge pour d’éventuelles infractions financières ». Cette équipe franco-belge veut obtenir plus d’informations concernant une de ses filiales. En même temps, une autre équipe est descendue dans sa propriété personnelle à Saint-Tropez. Même s’ils ont essayé de recourir à la violence, ils ne l’ont finalement fait.

Mais même si tout aurait pu tourner au vinaigre, il tenait à souligner : « Je veux souligner l’humanité et la compréhension de ces policiers. Ils sont partis avec le matériel, ont copié ce qui les intéressait, mais, dans la soirée, ma fille a pu récupérer mon ordinateur ». Quel réconfort en ces temps de non-répit !